OPCI : vos avis

TOP des OPCI
GAN PIERRE 1
3.88/5 (16 avis)
DIVERSIPIERRE
3.62/5 (172 avis)
PREIMIUM
3.43/5 (14 avis)
IMMO DIVERSIFICATION
3.23/5 (298 avis)
DYNAPIERRE
3.21/5 (87 avis)
OPCIMMO
3.16/5 (357 avis)
FRUCTIFRANCE
3.13/5 (60 avis)
OPSIS PATRIMOINE
3.02/5 (55 avis)
SG PIERRE ENTREPRISE
3/5 (8 avis)
SILVER GENERATION
2.97/5 (32 avis)
AXA SELECTIV IMMO
2.92/5 (114 avis)
ECUREUIL IMMO +
2.7/5 (67 avis)
IMMANENS
2.21/5 (19 avis)

OPCI : Comparer

Comparatif des OPCI accessibles aux particuliers : Sondage

Investir sur un OPCI : Vous ...

Comparatif des OPCI accessibles aux particuliers : Actus

Accueil > Actualités > Immobilier de montagne : Top 3 des stations de ski les plus chères de France
Immobilier de montagne : Top 3 des stations de ski les plus chères de France

Immobilier de montagne : Top 3 des stations de ski les plus chères de France

Et non Courchevel n’est pas la station de ski la plus chère de France pour son immobilier résidentiel ! Mais quelle station de ski est donc n° 1 ? Pour les prix au mètre carré, accrochez-vous, les prix parisiens apparaissent soudain comme étant bon marché ! SeLoger livre son classement sur les hauteurs des prix de l’immobilier de montagne, attention aux fortes pentes !

Publié le  à 0 h 0

Val d’Isère, Courchevel, Megève… combien coûte un logement dans les stations de ski les plus chères ?

1. Val d’Isère, Savoie : 13 406 €/m²

Située en Haute-Tarentaise, dans le massif de la Vanoise, Val d’Isère est considérée comme l’une des capitales mondiales du ski. L’ancien petit village de haute montagne est également devenu l’une des stations alpines où l’immobilier est le plus prisé. Par voie de conséquence, c’est également la station de sports d’hiver la plus chère du massif des Alpes, avec un prix moyen du m² atteignant 13 406 €, selon les dernières données recueillies par SeLoger. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’immobilier de prestige n’est pas en reste, loin s’en faut : 62 % du patrimoine immobilier de la station alpine est constitué par des biens de luxe. De plus, le nombre de logements dont la valeur dépasse le million d’euros s’élève à 23. Très attractive, la station fait également les beaux jours des promoteurs immobiliers. Ainsi, la part de l’immobilier neuf dans la station de Val d’Isère est considérable : elle atteint 19 % aujourd’hui.

2. Courchevel, Savoie : 11 059 €/m²

Organisée autour de 5 villages et située au cœur du département de la Savoie, dans la vallée de la Tarentaise, Courchevel est la seconde station de sports d’hiver la plus chère du massif des Alpes : le prix moyen du m² y atteint 11 059 € selon les dernières données recueillies par SeLoger. La station a toujours la cote auprès de la clientèle fortunée : l’immobilier de prestige représente 32 % du parc immobilier de la station, située dans le domaine skiable des Trois-Vallées et renommée dans le monde entier pour son hôtellerie et ses commerces de luxe. En y regardant de plus près, nous pouvons constater que le nombre de biens immobiliers dont la valeur dépasse le million d’euros atteint 77 ! C’’est deux fois plus qu’à Val d’Isère. En revanche, l’immobilier neuf n’est pas très dynamique à Courchevel. En effet, alors que les logements neufs représentent 19 % du parc immobilier de Val d’Isère, ils ne représentent que 2 % des logements de Courchevel.

3. Megève, Haute-Savoie : 9 335 €/m²

Très appréciée des clients fortunés, Megève est souvent considérée comme la station de sports d’hiver la plus chère de France. Et pourtant, la station de Haute-Savoie arrive « seulement » en 3e position du classement des stations les plus chères du massif des Alpes, avec un prix du m² qui atteint 9 335 € en moyenne, contre 13 406 € à Val d’Isère et 11 059 € à Courchevel. Si le prix moyen du m² est inférieur aux deux stations savoyardes, la station située dans le domaine skiable « Evasion Mont-Blanc » est imbattable en ce qui concerne l’immobilier de prestige : le nombre de logements dont la valeur dépasse le million d’euros atteint 167, c’est 7 fois plus qu’à Val d’Isère et plus de 2 fois plus qu’à Courchevel. Au total, l’immobilier haut-de-gamme représente 33 % du parc de logements de la station. Enfin, à Megève, le taux de logements neufs atteint 6 %. Cela montre que la station est toujours attractive et continue d’attirer les investisseurs.

OPCIComparatif des OPCI accessibles aux particuliers : A lire également

Alstom/Siemens : Bouygues, virulent contre Bruxelles, croit à un dividende
Alstom/Siemens : Bouygues, virulent contre Bruxelles, croit à un dividende

Le géant français Bouygues a dénoncé jeudi le rejet récent par Bruxelles de la fusion des groupes ferroviaires Alstom, dont il est premier actionnaire, et Siemens, prévenant d’insister pour toucher une part du dividende dont il devait profiter.

Logement intermédiaire : bien qu'en avance, Action Logement amende ses objectifs
Logement intermédiaire : bien qu’en avance, Action Logement amende ses objectifs

L’organisme paritaire Action Logement, l’un des principaux acteurs du logement intermédiaire, a annoncé mardi se donner plus de temps que prévu pour atteindre ses objectifs sur ce secteur, à mi-chemin entre privé et HLM, malgré une année 2018 plus productive qu’annoncé.

Ventes de HLM : un besoin pour le secteur mais pas une obligation (gouvernement)
Ventes de HLM : un besoin pour le secteur mais pas une obligation (gouvernement)

Les ventes de HLM, que l’exécutif compte accélérer, ne doivent être ni une obligation ni l’occasion de profiter au privé, a assuré lundi le ministre du Logement, assurant qu’elles contribuent à répondre aux besoins d’un univers confronté à d’importantes mesures d’économies.

Nantes / bulle immobilière : la pénurie de biens immobiliers fait grimper les prix plus que de raison
Nantes / bulle immobilière : la pénurie de biens immobiliers fait grimper les prix plus que de raison

Nantes et ses environs est une zone économique hyper dynamique. Pas moins de 8.000 nouveaux arrivants sur Nantes chaque année ! La pénurie de logements est telle que les prix de l’immobilier explosent, sous la pression des acheteurs. Une bulle immobilière qui fait comparer cette situation à celle de Bordeaux, mais pour des raisons bien différentes. SeLoger confirme cet emballement des prix, +3.70% sur une année, non pas lié, à des spéculations liées à la mise en place d’infrastructures comme à Bordeaux, mais dû essentiellement à la chute de l’offre (-11%).

Logement : les constructeurs de maisons s'attendent à des années difficiles
Logement : les constructeurs de maisons s’attendent à des années difficiles

Première victime du repli de la construction de logements, le marché des maisons ne va pas rebondir cette année et risque de reculer encore par la suite, a prévenu jeudi sa principale fédération, qui en tient la réduction d’aides publiques pour responsable.

Construction : un contrat de filière pour pousser la numérisation et la durabilité du bâtiment
Construction : un contrat de filière pour pousser la numérisation et la durabilité du bâtiment

Le gouvernement et les industriels du secteur de la construction et du bâtiment ont signé mercredi un contrat stratégique de filière qui vise à soutenir les efforts vers la numérisation des entreprises et une plus grande intégration des enjeux environnementaux.

SCPI : une collecte nette 2018 en lourde chute de (-19.40%)
SCPI : une collecte nette 2018 en lourde chute de (-19.40%)

La lourde chute de la collecte nette en SCPI en 2018 était attendue. 2017 était une année de collecte complément irrationnelle. Le marché des SCPI se porte toujours aussi bien, selon les derniers chiffres publiés par l’ASPIM/IEIF, avec une collecte nette de près de 5 milliards d’euros, un pactole pour un placement à risque de perte en capital.

Taux des crédit immobiliers sur février : toujours stables, au niveau de l'inflation selon Cafpi
Taux des crédit immobiliers sur février : toujours stables, au niveau de l’inflation selon Cafpi

La météo des taux de Cafpi donne un aperçu des nouveaux barèmes des banques reçus en février. Ces taux sont ceux qui seront proposés par Cafpi à sa clientèle en ce début de mois.

SCPI : L'IEIF anticipe une baisse des prix de l'immobilier de bureaux sur 2019
SCPI : L’IEIF anticipe une baisse des prix de l’immobilier de bureaux sur 2019

Les signes d’un fort ralentissement du marché de l’immobilier s’accumulent. Certes, nous sommes loin de la panique, mais même l’IEIF, lors de son dernier point sur les perspectives annuelles confirme son anticipation d’une baisse des prix de l’immobilier d’entreprise. La fin de cycle approche. En 2018, la collecte nette en SCPI d’immobilier de bureaux a représenté près de 50% de l’ensemble des investissements, soit pas moins de 2.5 milliards d’euros. Si les gestionnaires semblent véritablement confiant pour cette année 2019, les investisseurs pourraient, de leur côté, patienter quelque peu avant d’investir de nouveau. Les SCPI sont des placements de long terme, rien ne sert de se précipiter pour investir.

Le ministre du Logement prudent sur la fiscalité de l'immobilier
Le ministre du Logement prudent sur la fiscalité de l’immobilier

Le ministre du Logement, Julien Denormandie, s’est montré prudent mardi sur la fiscalité immobilière, se montrant soucieux de stabilité et rejetant notamment de taxer les plus-values sur les résidences principales alors que Bercy avait évoqué cette piste pour réduire les niches fiscales.

SCPI Épargne Pierre : rendement 2018 de 5.97% (TDVM), encore une performance de haut de tableau !
SCPI Épargne Pierre : rendement 2018 de 5.97% (TDVM), encore une performance de haut de tableau !

Les investisseurs en parts de SCPI connaissent bien la société de gestion Voisin, la société de gestion pionnière des SCPI, dès la fin des années 1960. Avec un rendement 2018 frôlant les 6% (TDVM de 5.97%), la SCPI Épargne Pierre devrait, tout comme en 2017, figurer en bonne place parmi les top 5 des meilleurs rendements 2018.

Taxer les grosses plus-values immobilières, une piste, dit Le Maire
Taxer les grosses plus-values immobilières, une piste, dit Le Maire

La taxation des plus-values immobilières, actuellement exonérées pour les résidences principales, est une piste de travail, a déclaré mercredi Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, mais seulement pour les très gros biens.