OPCI : vos avis

TOP des OPCI
GAN PIERRE 1
4/5 (6 avis)
PREIMIUM
3.7/5 (10 avis)
DIVERSIPIERRE
3.65/5 (139 avis)
IMMO DIVERSIFICATION
3.22/5 (272 avis)
OPCIMMO
3.2/5 (342 avis)
DYNAPIERRE
3.16/5 (74 avis)
FRUCTIFRANCE
3.16/5 (56 avis)
SG PIERRE ENTREPRISE
3/5 (8 avis)
OPSIS PATRIMOINE
2.98/5 (51 avis)
AXA SELECTIV IMMO
2.95/5 (108 avis)
SILVER GENERATION
2.9/5 (20 avis)
ECUREUIL IMMO +
2.7/5 (64 avis)
IMMANENS
2.21/5 (19 avis)

OPCI : Comparer

Comparatif des OPCI accessibles aux particuliers : Sondage

Investir sur un OPCI : Vous ...

Comparatif des OPCI accessibles aux particuliers : Actus

Accueil > Actualités > Taux des crédits immobiliers : vers une hausse inéluctable en 2018
Taux des crédits immobiliers : vers une hausse inéluctable en 2018

Taux des crédits immobiliers : vers une hausse inéluctable en 2018

VousFinancer.com fait le point sur les taux des crédits immobilier en cette rentrée. En septembre, après un mois d’août marqué par la stabilité, quelques banques ont à nouveau baissé leurs taux de crédit, pour capter les emprunteurs, traditionnellement nombreux à la rentrée.

Publié le  à 0 h 0

La hausse des taux est attendue depuis maintenant plusieurs mois et rien ne se passe vraiment comme prévu. L’inflation reste faible et c’est la devise EUR/USD qui s’affole... Bref, rien ne se passe comme prévu.

Et pour la fin d’année 2017 alors ?

Si certaines banques ont déjà remplis leurs objectifs de production de crédit, elles ne comptent pas pour autant fermer le robinet mais ont tendance à privilégier les meilleurs profils. Septembre reste donc une bonne période pour emprunter, avant une fin d’année qui pourrait être plus compliquée en raison des incertitudes et des enjeux qui se dessinent pour l’année 2018.

Quelques baisses de taux en septembre : jusqu’à -0.15%

En septembre après un mois d’août marqué par une globale stabilité en dépit de quelques hausses isolées, une petite dizaine banques ont baissé leur taux, de 0,05 % à 0,15%. « Septembre est un mois phare pour l’immobilier marqué par le retour des emprunteurs après un été plus calme. C’est donc une période clé pour les banques pour capter de nouveaux clients - notamment celles qui n’ont pas encore atteint leurs objectifs - ou conserver les parts de marché qu’elles ont acquises ces derniers mois… Pour les emprunteurs, c’est donc un moment opportun pour obtenir de bonnes conditions  » analyse Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer.

En moyenne on peut emprunter actuellement à 1,50 % sur 15 ans, 1,70 % sur 20 ans, et 1,90 % sur 25 ans. Mais pour de beaux profils, Vousfinancer est parvenu à obtenir par exemple 1,20 % sur 20 ans et 1,40 % sur 25 ans !

Des objectifs de production de crédit déjà largement dépassés

Après un premier trimestre record et un 1er semestre globalement dynamique, beaucoup de banques ont actuellement atteint, voire même dépassé leurs objectifs de production de crédit. Ainsi comme en témoigne les chiffres de la Banque de France (194 milliards d’euros de nouveaux crédit à l’habitat cumulés à fin juillet 2017, contre 114 milliards à fin juillet 2016, et 251 milliards au total en 2016), la production de crédit devrait atteindre un nouveau record en 2017 à près de 300 milliards d’euros. « Les banques ont beaucoup prêté en début d’année, atteignant pour certaines leurs objectifs annuels en seulement 6 mois. Dans le contexte actuel où elles anticipent une hausse des coûts de refinancement, ainsi que davantage de contraintes pouvant peser sur leur rentabilité, le risque est que certaines décident de ne prêter qu’aux clients les plus rentables, ceux avec lesquels elles pourront mettre en place une relation de long terme » analyse Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer.

C’est le cas notamment des primo-accédants qui ne sont pour la plupart pas encore « bancarisés », mais également des beaux profils, des fonctionnaires ou des professions libérales. Les primo-accédants, malgré la hausse des prix, représentent ainsi actuellement 43 % des emprunteurs, contre 41 % en 2016… Globalement cette année, dans ce contexte de marchés tendus, tous profils confondus, les emprunteurs ont des revenus moyens en hausse (52 300 € contre 50 600 € en 2016), ils empruntent des montants plus élevés également (173 000 € contre 166 800 € en 2016) avec un léger allongement de la durée (21 ans et 1 mois contre 20 ans et 10 mois en 2016).

Source VousFinancer.com

Une rentrée pleine d’enjeux pour préparer 2018…

S’il reste 4 mois avant la fin de l’année, pour les banques, 2017 est déjà presque bouclée et il est temps de préparer 2018. En effet, dès novembre 2017, les prêts qui seront demandés par les emprunteurs seront comptabilisés pour la production de l’année prochaine car les fonds ne seront débloqués qu’en 2018... Mais on sait déjà que trois évolutions pourraient venir impacter le marché à partir de 1er janvier 2018

  • la domiciliation des revenus va être encadrée et imposée pour une durée de 10 ans. En échange de cette domiciliation, les banques devront consentir un avantage individualisé qui devra être notifié. « Afin d’inciter les emprunteurs à continuer à domicilier leurs revenus qui constituent leurs ressources de demain, les banques devraient consentir des baisses de taux ou une exonération des frais de dossier, ou de certains [a[frais bancaires]a], ce qu’elles anticipent comme un manque à gagner qui pourrait peser sur leur rentabilité…  » explique Sandrine Allonier.

-* à partir du 1er janvier 2018, l’[a[assurance emprunteur]a] de tous les crédits en cours pourra être résiliée annuellement (à condition que la nouvelle assurance propose des garanties équivalentes), avec le risque pour les banques de voir un certain nombre de leurs clients changer d’assurance. Cela pourrait entraîner également une baisse de leurs marges, d’autant que les crédits accordés ces dernières années l’ont été à des taux très bas parfois compensés en partie par la rentabilité liée à la souscription de l’assurance groupe.

-* d’un point de vue macro-économique, il existe des incertitudes sur l’évolution des taux. Une hausse des taux de refinancement est notamment à craindre au moment où la Banque centrale européenne décidera de modifier son programme « quantitative easing »… « C’est également une préoccupation d’importance pour les banques car les taux de crédit pourraient alors être impactés avec un risque d’impact sur le dynamisme du marché immobilier » conclut Sandrine Allonier.

OPCIComparatif des OPCI accessibles aux particuliers : A lire également

Lille : Aubry salue le choix de confier le futur palais de justice à Rem Koolhaas
Lille : Aubry salue le choix de confier le futur palais de justice à Rem Koolhaas

La maire de Lille Martine Aubry a salué samedi le choix de confier au célèbre architecte néerlandais Rem Koolhaas la construction du futur palais de justice de la ville, un projet à 100 millions d’euros.

Grand Paris Express : la flambée des prix de l'immobilier ne sera pas forcément au rendez-vous
Grand Paris Express : la flambée des prix de l’immobilier ne sera pas forcément au rendez-vous

Certains parient déjà sur l’envolée des prix de l’immobilier autour des 55 nouvelles gares du Grand Paris Express. Le relevé de l’évolution des prix de l’immobilier depuis ces cinq dernières années montrent que tout le monde n’est pas encore convaincu du bien-fondé de ce pari, et pour cause. La vérité pourrait être ailleurs.

Un nouveau président pour Action Logement
Un nouveau président pour Action Logement

Bruno Arcadipane aété élu vendredi président d’Action Logement (ex 1% Logement), remplaçant Jacques Chanut qui assumait cette fonction depuis novembre 2015, a annoncé le groupe.

Le projet du futur siège de Total à La Défense ajourné mais pas bloqué
Le projet du futur siège de Total à La Défense ajourné mais pas bloqué

Le projet du nouveau siège de Total dans le quartier d’affaires de La Défense est ajourné mais pas bloqué, selon des lettres des autorités dont l’AFP a eu copie vendredi alors que les Echos évoquent un projet bloqué.

Qualité des logements sociaux : inquiétude du secteur du bâtiment
Qualité des logements sociaux : inquiétude du secteur du bâtiment

La future loi Logement ne doit pas, sous prétexte de simplifier la construction, abaisser la qualité des logements sociaux, s’inquiète le secteur du bâtiment, qui en appelle à l’arbitrage du Premier ministre et du président de la République.

Haulotte : l'Europe et les ventes d'engins soutiennent la croissance en 2017
Haulotte : l’Europe et les ventes d’engins soutiennent la croissance en 2017

Le constructeur français de nacelles Haulotte Group a publié mardi un chiffre d’affaires en hausse de 11% sur l’année 2017, bénéficiant du dynamisme de la zone Europe et de la bonne tenue des ventes d’engins, qui constituent son principal pôle d’activité.

Ile-de-France : une centaine de travailleurs sans-papiers en grève pour leur régularisation
Ile-de-France : une centaine de travailleurs sans-papiers en grève pour leur régularisation

Une centaine de travailleurs sans-papiers se sont mis en grève lundi à Paris et en banlieue pour réclamer leur régularisation et des négociations avec le ministère de l’Intérieur sur le statut des sans-papiers.

Projet de loi Logement : les bailleurs sociaux ne seront pas forcés de fusionner
Projet de loi Logement : les bailleurs sociaux ne seront pas forcés de fusionner

Les bailleurs sociaux seront incités à se regrouper sur une base volontaire et non à fusionner en deçà d’une taille minimale, dans le cadre de la rationalisation du secteur prévue dans la future loi Logement, au terme d’un consensus trouvé au Sénat.

Projet de loi Logement : le Sénat fait des propositions
Projet de loi Logement : le Sénat fait des propositions

Le projet de loi sur le Logement, attendu au Conseil d’État mi-février puis en conseil des ministres fin mars, devrait intégrer plusieurs contributions issues de la conférence de consensus qui prend fin ce jeudi au Sénat.

Les ventes de maisons individuelles pourraient baisser en 2018
Les ventes de maisons individuelles pourraient baisser en 2018

Les ventes de maisons individuelles pourraient baisser de 8à 10% en 2018, en dépit de conditions de crédit favorables et du fait d’un moindre soutien public à l’accession en zones rurales et périurbaines, estiment jeudi des professionnels.

SCPI Immobilier d'entreprise : rendements 2017 de nouveau en baisse de -5%, nouveau record de collecte, un haut de cycle ?
SCPI Immobilier d’entreprise : rendements 2017 de nouveau en baisse de -5%, nouveau record de collecte, un haut de cycle ?

Les données publiées par l’ASPIM ne sont encore que provisoires, mais elles confirment, s’il en était besoin, du nouveau record de collecte sur les SCPI Immobilier d’entreprise. Côté rendement moyen, la baisse est de nouveau marquée, de l’ordre de 21 points de base, représentant près de -5% de baisse par rapport à 2016. Une collecte en hausse, des rendements en baisse, un haut de cycle ?

Ruineuse pour les communes, la gestion des piscines publiques doit être repensée (Cour des comptes)
Ruineuse pour les communes, la gestion des piscines publiques doit être repensée (Cour des comptes)

Invariablement déficitaires, les piscines publiques plombent les comptes des municipalités, et ces équipements complexes et coûteux devraient être gérés par les intercommunalités, dont le territoire correspond au bassin de vie des usagers, estime mercredi la Cour des comptes